Rechercher

Journée mondiale de l'audition

C'est la journée mondiale de l'audition... je pense qu'il est important de prendre le temps de se poser la question : entendre... c'est "quoi" ?


Pour moi, entendre va au-delà de la simple question auditive. Lorsqu'une personne nous parle, le son peut très bien nous parvenir... mais écoutons-nous vraiment ? Portons-nous une réelle attention à ce qu'il nous dit ou bien rongeons-nous notre frein en nous nous disant "bon il termine quand pour que j'en place une ?".


On peut s'interroger ici sur la qualité de la communication. Si nous ne nous positionnons pas dans une écoute active de la personne qui est entrain de nous adresser la parole, comment pouvons-nous croire que la réciproque sera vrai ? Et inversement... si nous parlons sans faire attention si la personne prend de l'intérêt à ce qu'on lui dit, pourquoi lui parler ?


Pour entrer en communication, je pense q'il est prendre conscience de différents facteurs :


1. Notre environnement : les bruits dits "parasites" (bruits de voitures, enfants qui parlent forts...). Si nous devons dire quelque chose d'important, peut-être est-il intéressant d'essayer de s'isoler ou encore de fixer un temps pour se parler ?


2. Prendre en compte la personne en tant qu'individu avec des émotions. Etre dans l'empathie, ne pas poser un jugement mais des faits, nommer l'émotion de l'autre... derrière chaque émotion, il y a un besoin qui n'a peut être pas été exprimé (pour les enfants cela peut être un besoin d'attention par exemple).


Lorsque l'on nomme son besoin, la personne se sent écouté. Elle est alors disposé (normalement) à faire de même.


3. Et derrière chaque besoin... se cache une demande qui n'a pas été exprimée. A ce niveau, parfois la personne peut ne pas en avoir une réelle coincience (je pense notamment aux enfants), mais les adultes aussi peuvent avoir besoin d'être accompagné pour les aider à formuler.


4. Ensuite, nous pouvons poser notre propre émotion car nous avons des ressentis qui peuvent être différents. Nier nos émotions peut avoir des conséquences sur notre mental mais également notre physique (eczma par exemple...). Et de la même manière que précédemment, exprimer notre besoin et notre demande.


Observer... nommer les sentiments... dire notre besoin et exprimer notre demande... c'est ce que Marshal Rosenberg a appelé l'OSBD appellé la communication non violente plus couramment appelé la cnv.


En formation, la cnv trouve également sa place. Difficile d'animer dans un environnement bruyant et de garder l'attention de nos apprenants, si on parle et que l'on déroule notre programme sans tenir compte de la fatigue, l'ennui, etc. des apprenants... on parlera dans le vide.


En voyant de la lassitude dans le groupe que j'animais, cela m'est déjà arrivé de lâcher ce que j'étais entrain d'expliquer. Les apprenants ont été décontenancé, gêné comme pris en flagrant délit de ne pas écouter (mais sagement :) ), mais c'est mon positionnement en tant que formatrice qui avait besoin d'être ajusté.


Savoir se remettre en question en cours de formation est important, tout simplement pour ne pas animer dans le vide !


Dans le retour d'expérience que j'explicite ici, j'ai posé la cnv... aucun jugement sur mes apprenants, qui ont le droit d'être fatigué. La formation ayant lieu en plus un samedi... j'ai souligné leur courage et leur professionnalisme pour après une semaine de travail, venir en formation le samedi pour apprendre à être dans une écoute active de l'enfant.


Que faire ? Je les ai fait se lever et on a fait un jeu pédagogique. Bouger fait monter la dopamine qui est une hormone qui améliore la concentration et donc facilite la mémorisation.


Etre capable d'écouter, ce n'est donc pas qu'une simple question d'audition. C'est toute une attitude, un comportement qui va aider à entrer en communication. Je suis formatrice sur les bases de la langue des signes française et sur le concept bébé signeur. Même les sourds sont capables d'entendre la bienveillance.


Alors, positionnons dans une écoute active des autres qu'ils soient petits, grands ou plus âgés, sourds ou non... faisons de nos différences une richesse car nous avons tout à apprendre les uns des autres.


13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout