top of page

🌟 Des Promesses Ambitieuses, des RĂ©alitĂ©s DĂ©courageantes


Mme Borne, la PremiÚre Ministre, a suscité un grand enthousiasme lors de son discours à Angers le 1er juin 2023 en annonçant des chiffres prometteurs : le gouvernement a l'intention de créer « 100 000 places d'accueil supplémentaires d'ici 2027, et 200 000 places supplémentaires d'ici 2030 ».


Cette annonce avait déjà été faite par Olivier Véran lors de son apparition sur France 2 le 12 avril 2023. Madame Aurore Bergé, récemment nommée Ministre des Solidarités et des Familles, a confirmé cet objectif dans une interview accordée à Ouest France le 25 juillet 2023. Elle a déclaré : « Mon objectif est de renforcer le service public de la petite enfance en ajoutant 200 000 places de crÚches d'ici 2030 ».


Pour soutenir cette initiative, un investissement de 5 milliards d'euros supplĂ©mentaires sera allouĂ© Ă  la petite enfance, tel que mentionnĂ© dans le discours de Mme Borne. Tous les trois sont en accord, en parlant de places « en plus » ou de places «supplĂ©mentaires». Cependant, il est important de noter que cela peut ĂȘtre trompeur !


⚠ Mais Attention ! ⚠ Les chiffres annoncĂ©s ne tiennent pas compte de la rĂ©alitĂ© : la disparition attendue de plus de 300.000 places chez les assistantes maternelles, comme le rĂ©vĂšle le rapport de l'IGAS en mars 2023.


Madame Borne avait certes évoqué ce problÚme dans son discours en mentionnant que 120.000 assistantes maternelles prendront leur retraite d'ici 2030. Cependant, cette vague de départs entraßnera la suppression de 300.000 places, voire davantage.


En conséquence, pour réellement créer 200.000 places additionnelles, il ne suffit pas de créer simplement 200.000 nouvelles places. Il faudrait en réalité en créer 500 000 pour compenser les pertes prévues. Une telle entreprise semble pratiquement irréalisable !


🔍 En prenant en compte ces Ă©lĂ©ments, le nombre de places d'accueil prĂ©vu pour 2030, si l'État rĂ©ussit Ă  mettre en Ɠuvre son plan de crĂ©ation de places (ce qui n'est pas garanti), serait de seulement 1 112 350.


🔮 Une Situation DĂ©concertante 🔮


La rĂ©alitĂ© est en net contraste avec les annonces enthousiastes. MalgrĂ© les dĂ©clarations fortes de Mme Borne dans son discours du 30 juin : « Promouvoir activement une politique en faveur de la petite enfance, c'est Ɠuvrer pour offrir Ă  chacun l'accĂšs Ă  l'emploi. Sans des options d'accueil satisfaisantes, l'idĂ©e d'une sociĂ©tĂ© en plein emploi reste illusoire », le compte n'y est pas.


D'aprÚs Jean Christophe Combes, le précédent ministre de la Solidarité et des Familles, lors d'une entrevue sur Public Sénat le 27 juin 2023 indique qu'environ 150 000 des femmes, sont contraints de renoncer à un emploi en raison du manque de prise en charge pour leurs jeunes enfants et que cette situation soulÚve des interrogations quant à l'équité entre les sexes. Il s'agit de la premiÚre demande émanant des familles.


Voir la vidéo :




Ce point de vue est également affirmé dans le dossier de presse de Matignon daté du 01/06/2023 (Cliquez-ici pour voir le dossier de presse) :


✅ Il est impĂ©ratif de dĂ©velopper un nombre suffisant de places d'accueil afin de proposer des solutions adaptĂ©es Ă  chaque famille, spĂ©cifiquement aux 150 000 parents, la plupart Ă©tant des mĂšres, qui se voient contraints de ne pas travailler ou de reprendre un emploi par manque de solutions rĂ©pondant Ă  leurs besoins et Ă  leurs moyens.


🚩 Cependant, un paradoxe Ă©merge : tandis que le nombre de mĂšres au foyer, actuellement Ă  150 000, devrait grimper Ă  250 000, l'annonce d'un investissement de 5 milliards supplĂ©mentaires pour la petite enfance s'accompagne de la suppression de 100 000 places d'accueil !


❓ Interrogations et IncohĂ©rences ❓

Cette situation appelle des rĂ©flexions profondes. Les chiffres et les intentions ne semblent pas alignĂ©s, et l'Ă©cart entre les annonces et les rĂ©sultats prĂ©vus suscite des doutes lĂ©gitimes. đŸ€š

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page